Psaume 1 : Father and son !

Posté par abc10 le 27 août 2015

Zine Bensrhir

 

1 :   heureux  l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants

qui ne s’arrête pas sur le chemin des pécheurs

et qui ne s’assied pas sur le banc des moqueurs

²  : mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel ,

et qui médite sa loi , jour et nuit !

3: il est comme un arbre planté près d’un court d’eau

qui donne son fruit en son temps

et dont le feuillage ne flétrit pas :

tout ce qu’il fait réussit  .

4: il n’en est pas ainsi des méchants :

ils sont comme la paille , que le vent dissipe .

5: c’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement

ni les pécheurs dans la communauté des justes ,

6: car l’Éternel connaît la voie des justes

et le voie des pécheurs mène à la perdition .

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Non classé | 176 Commentaires »

 » أمي رحمة « 

Posté par abc10 le 22 août 2015

 

 » أمي رحمة  » إنها تلك المرأة الطيبة التي كانت تعين أمي في البيت ، أصلها من تونس و كبرت 
وترعرعت في ضواحي و بادية مدينة القنيطرة ، كانت أمي تعمل من أجل لقمة العيش كموظفة ، و
كانت أمي رحمة تقوم بكل الأعمال ،كانت تقوم في الصباح الباكرلتهيئ لنا الفطور، كنا أنذاك صغار السن ولقد كانت حقا أمنا ، وكنا نفرح لسماع حكاياتها الشيقة و الأزليات :عشت معهم سنين 
ونا لهم مُعين… أمي رحمة رغم أنها كانت أمية ، ولكن وهبها المولى ذاكرة و ذكاءً منقطع النضير..ولقد عاشت معنا الحارة و الحلوة ، وأصبحت أمنا الثانية ولقد ضحت من أجلنا بكل حياتها..اللهم تغمض أمي رحمة برحمتك الواسعة وأسكنها فسيح جناتك و آجمعنا بها تحت ظلك يوم لا ظل إلا ظلك يوم لا ينفع مال ولا بنون إلا من أتى الله بفلب سليم

 
Photo de Zine Bensrhir.

Publié dans Non classé | 5 Commentaires »

Reflections By An ARAB JEW by Ella Habiba Shohat

Posté par abc10 le 21 août 2015

Ella Habiba Shohat

 


Reflections By An

ARAB JEW

by Ella Habiba Shohat

Irvi Nasawi: Sephardic & Middle Eastern Cultures

          Ella Habiba Shohat is Professor of Cultural Studies and Women’s Studies at CUNY. A writer, orator and activist, she is the author of Israeli Cinema: East/West and the Politics of Representation (Univ. of Texas Press, 1989) and the co-author (with Robert Stam) of Unthinking Eurocentrism: Multiculturalism and the Media (Routledge 1994). Shohat co-edited Dangerous Liaisons: Gender, Nation and Postcolonial Reflections (University of Minnesota Press, 1997) and is the editor of Talking Visions: Multicultural Feminism in a Transnational Age, (MIT Press/The New Museum, 2000). She writes often for such journals as Social Text and the Journal for Palestine Studies.
… more about the author

 

     When issues of racial and colonial discourse are discussed in the U.S., people of Middle Eastern and North African origin are often excluded. This piece is written with the intent of opening up the multicultural debate, going beyond the U.S. census’s simplistic categorization of Middle Eastern peoples as « whites. »

It’s also written with the intent of multiculturalizing American notions of Jewishness. My personal narrative questions the Eurocentric opposition of Arab and Jew, particularly the denial of Arab Jewish (Sephardic) voices both in the Middle Eastern and American contexts.

I am an Arab Jew. Or, more specifically, an Iraqi Israeli woman living, writing and teaching in the U.S. Most members of my family were born and raised in Baghdad, and now live in Iraq, Israel, the U.S., England, and Holland. When my grandmother first encountered Israeli society in the ’50s, she was convinced that the people who looked, spoke and ate so differently–the European Jews–were actually European Christians. Jewishness for her generation was inextricably associated with Middle Easterness. My grandmother, who still lives in Israel and still communicates largely in Arabic, had to be taught to speak of « us » as Jews and « them » as Arabs. For Middle Easterners, the operating distinction had always been « Muslim, » « Jew, » and « Christian, » not Arab versus Jew. The assumption was that « Arabness » referred to a common shared culture and language, albeit with religious differences.

Americans are often amazed to discover the existentially nauseating or charmingly exotic possibilities of such a syncretic identity. I recall a well-established colleague who despite my elaborate lessons on the history of Arab Jews, still had trouble understanding that I was not a tragic anomaly–for instance, the daughter of an Arab (Palestinian) and an Israeli (European Jew). Living in North America makes it even more difficult to communicate that we are Jews and yet entitled to our Middle Eastern difference. And that we are Arabs and yet entitled to our religious difference, like Arab Christians and Arab Muslims.

It was precisely the policing of cultural borders in Israel that led some of us to escape into the metropolises of syncretic identities. Yet, in an American context, we face again a hegemony that allows us to narrate a single Jewish memory, i.e., a European one. For those of us who don’t hide our Middle Easterness under one Jewish « we, » it becomes tougher and tougher to exist in an American context hostile to the very notion of Easterness.

As an Arab Jew, I am often obliged to explain the « mysteries » of this oxymoronic entity. That we have spoken Arabic, not Yiddish; that for millennia our cultural creativity, secular and religious, had been largely articulated in Arabic (Maimonides being one of the few intellectuals to « make it » into the consciousness of the West); and that even the most religious of our communities in the Middle East and North Africa never expressed themselves in Yiddish-accented Hebrew prayers, nor did they practice liturgical-gestural norms and sartorial codes favoring the dark colors of centuries-ago Poland. Middle Eastern women similarly never wore wigs; their hair covers, if worn, consisted of different variations on regional clothing (and in the wake of British and French imperialism, many wore Western-style clothes). If you go to our synagogues, even in New York, Montreal, Paris or London, you’ll be amazed to hear the winding quarter tones of our music which the uninitiated might imagine to be coming from a mosque.

Now that the three cultural topographies that compose my ruptured and dislocated history–Iraq, Israel and the U.S.–have been involved in a war, it is crucial to say that we exist. Some of us refuse to dissolve so as to facilitate « neat » national and ethnic divisions. My anxiety and pain during the Scud attacks on Israel, where some of my family lives, did not cancel out my fear and anguish for the victims of the bombardment of Iraq, where I also have relatives.

War, however, is the friend of binarisms, leaving little place for complex identities. The Gulf War, for example, intensified a pressure already familiar to the Arab Jewish diaspora in the wake of the Israeli-Arab conflict: a pressure to choose between being a Jew and being an Arab. For our families, who have lived in Mesopotamia since at least the Babylonian exile, who have been Arabized for millennia, and who were abruptly dislodged to Israel 45 years ago, to be suddenly forced to assume a homogenous European Jewish identity based on experiences in Russia, Poland and Germany, was an exercise in self devastation. To be a European or American Jew has hardly been perceived as a contradiction, but to be an Arab Jew has been seen as a kind of logical paradox, even an ontological subversion. This binarism has led many Oriental Jews (our name in Israel referring to our common Asian and African countries of origin is Mizrahi or Mizrachi) to a profound and visceral schizophrenia, since for the first time in our history Arabness and Jewishness have been imposed as antonyms.

Intellectual discourse in the West highlights a Judeo-Christian tradition, yet rarely acknowledges the Judeo-Muslim culture of the Middle East, of North Africa, or of pre-Expulsion Spain (1492) and of the European parts of the Ottoman Empire. The Jewish experience in the Muslim world has often been portrayed as an unending nightmare of oppression and humiliation.

Although I in no way want to idealize that experience–there were occasional tensions, discriminations, even violence–on the whole, we lived quite comfortably within Muslim societies.

Our history simply cannot be discussed in European Jewish terminology. As Iraqi Jews, while retaining a communal identity, we were generally well integrated and indigenous to the country, forming an inseparable part of its social and cultural life. Thoroughly Arabized, we used Arabic even in hymns and religious ceremonies. The liberal and secular trends of the 20th century engendered an even stronger association of Iraqi Jews and Arab culture, which brought Jews into an extremely active arena in public and cultural life. Prominent Jewish writers, poets and scholars played a vital role in Arab culture, distinguishing themselves in Arabic speaking theater, in music, as singers, composers, and players of traditional instruments.

In Egypt, Morocco, Syria, Lebanon, Iraq and Tunisia, Jews became members of legislatures, of municipal councils, of the judiciary, and even occupied high economic positions. (The finance minister of Iraq in the ’40s was Ishak Sasson, and in Egypt, Jamas Sanua–higher positions, ironically, than those our community had generally achieved within the Jewish state until the 1990s!)

The same historical process that dispossessed Palestinians of their property, lands and national-political rights, was linked to the dispossession of Middle Eastern and North African Jews of their property, lands, and rootedness in Muslim countries. As refugees, or mass immigrants (depending on one’s political perspective), we were forced to leave everything behind and give up our Iraqi passports. The same process also affected our uprootedness or ambiguous positioning within Israel itself, where we have been systematically discriminated against by institutions that deployed their energies and material to the consistent advantage of European Jews and to the consistent disadvantage of Oriental Jews. Even our physiognomies betray us, leading to internalized colonialism or physical misperception. Sephardic Oriental women often dye their dark hair blond, while the men have more than once been arrested or beaten when mistaken for Palestinians. What for Ashkenazi immigrants from Russian and Poland was a social aliya (literally « ascent ») was for Oriental Sephardic Jews a yerida (« descent »).

Stripped of our history, we have been forced by our no-exit situation to repress our collective nostalgia, at least within the public sphere. The pervasive notion of « one people » reunited in their ancient homeland actively disauthorizes any affectionate memory of life before Israel. We have never been allowed to mourn a trauma that the images of Iraq’s destruction only intensified and crystallized for some of us. Our cultural creativity in Arabic, Hebrew and Aramaic is hardly studied in Israeli schools, and it is becoming difficult to convince our children that we actually did exist there, and that some of us are still there in Iraq, Morocco, Yemen and Iran.

Western media much prefer the spectacle of the triumphant progress of Western technology to the survival of the peoples and cultures of the Middle East. The case of Arab Jews is just one of many elisions. From the outside, there is little sense of our community, and even less sense of the diversity of our political perspectives. Oriental-Sephardic peace movements, from the Black Panthers of the ’70s to the new Keshet (a « Rainbow » coalition of Mizrahi groups in Israel) not only call for a just peace for Israelis and Palestinians, but also for the cultural, political, and economic integration of Israel/Palestine into the Middle East. And thus an end to the binarisms of war, an end to a simplistic charting of Middle Eastern identities.

§ Links:

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Albert Camus , discours de réception de prix Nobel 1957

Posté par abc10 le 13 août 2015

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

A l’attention de Mr Jean Daniel Directeur du NouvelObs

Posté par abc10 le 12 août 2015

Caen-chemin vert , le 12 août 2015  ;

 

Zine Bensrhir <zine.bens14@gmail.com>

15:57 (Il y a 2 minutes)

A l'attention de Mr Jean Daniel Directeur du NouvelObs cleardot
cleardot
cleardot
À jclot
cleardot

jclot@nouvelobs.com

 Je fais suite à votre dossier « les géants de la pensée arabe » paru dans le dernier numéro :édition n°2647 ..;
Monsieur ;
permettez-moi Monsieur le Directeur du NouvelObs de contribuer modestement à apporter une lumière nouvelle sur ce qu’il est convenu d’appeler en Occident   »la pensée arabe » car depuis toujours chez les intellectuel d’occident  ,avec la part importante jouée par les « Orientalistes » qui maintiennent un  AMALGAME intentionnel ou non en occultant la civilisation de L’Islam et la remplaçant par celle « des arabes » , c’est une  injustice faite à l’Islam et à la « Pensée Islamique  » …
 » Voilà sans nul doute le Livre  » (Coran -chp. II -verset 2)
C’est au début du 7ème siècle de l’ère chrétienne que retentit cette vérité coranique à l’adresse de l’Humanité à travers le peuple arabe désigné dans la bible par « les illettrés » qu’on interprète au sens propre du mot ,vu l’analphabétisme presque total de ce peuple du désert alors primitif et farouche ,ou par allusion à leur manque d’écriture révélé en comparaison , par exemple , des juifs et des chrétiens ou « peuple scripturaires »..
Sans l’avènement de l’Islam , le peuple de l’Arabie qui n’a connu aucune civilisation auparavant aurait certainement continué à traverser les siècles dans l’oublie comme certaines tribus d’Amazonie préoccupé qu’il était  dans d’interminable « guerre  intestines  » pour de futiles raisons et dans certaines tribus à enterrer vivantes les nouveaux nées de sexe féminins « de peur du déshonneurs »…
je vous saurais gré d’apporter ce correctif  au titre  si vous décidez de publier mon commentaire : « de remplacer les géants de la pensée arabe par « LES GÉANTS DE LA PENSÉE ISLAMIQUE »
vous savez pertinemment que des penseur comme le Philosophe et médecin Avicenne ou le mathématicien AL Khawarezmi l’inventeur du Logarithme  n’étaient pas arabes mais des penseurs musulmans et perses
exemples parmi tant d’autres .
 zine el abidine BENSRHIR
http//abc10.unblog.fr

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

je vis dans un pays musulman par camarade Ilmi Mohamed

Posté par abc10 le 6 août 2015

je vis dans un pays musulman par camarade Ilmi Mohamed

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

moment de répit

Posté par abc10 le 6 août 2015

moment de répit bien mérité , après « la fiesta » …et l’abus des deux bons château-BORDEAUX  :Une bonne cuite en somme agrémenté de d’un plat  moules -frites au vin Blanc acheté hier au port de Courseulles-sur- mer à  la côte ici  chez -nous près de notre bonne ville de Caen  ! en compagnie de mes « mômes chéris -Maryam a fait le DJ :même Goût que Papa -9orrate al 3ayn ma Robespierriste de 14 ans , Zakaria , a toute la soirée fait  le pitre avec son nouveau portable « cadeau bien mérité car il a été patient ..:,

réveille grisé , après un rêve-cauchemar d’APOCALYPSE…j’en tremble encore  ..matin bonheur quand -même  et GRAND Ménage: Serpillières -balais , brosses- JAVEL .:Une prière du Sob7 dans le « PROPRE » :bien tardive ..mais le cœur y est ,merci Seigneur pour les chaudes larmes qui l’on parsemé ..j’en avais dans la tête -les « horreurs  » de ce rêve-cauchemar » …ce matin j’ai appris afterwards en allumant la radio que c’est le jour anniversaire du lâcher de la BOMBE NUCLÉAIRE sur Le JAPON …Seigneur tout Puissant ….

Caen-chemin vert , le 06 août 2015 ;

Afficher la photo contenue dans le message

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

من أجل ورش ثوري « جبهة إنقاذ وطني »بيان 5 « المائدة المستديرة »

Posté par abc10 le 4 août 2015

BAYAN n°5
Caen-che vert ,le 04 août 2015
19 chawwal 1436;

Bayt annour :

51 , résidence du Chardonneret ,n°2
14000 Caen-chemin vert ; CALVADOS(c’est plus FORT que  les Châteaux de Bordeaux ou de Toulal :que j’aime bien aussi )
Holy LAND , Land of Plenty: Basse-Normandy

منظمة النهج الدمقراطي (إلى الأمام) ،حزب البديل الديمقراطي ، الحزب الإشتراكي الموحد ، حركة 20 فبراير،
الإتحاد الإشتراكي للقوات الشعبية ، حزب الستقلال ، الحركة الشعبية بالإضافة إلى جماعة العدل و الإحسان
و حزب الله في المغرب الإسلامي يجب أن ينصهروا مع الإحتفاظ كل بهويته وميوله الخاص:في  » جبهة للإنقاد الوطني  » :الوطن محتاج لكل أبناءه في هذه الضروف العصيبة ، في مفترق الطرق، محتاج لكل فئات القوات الحية و تكاتف و تكامل الجهود من أجل النهوض و الإنعثاق في ورش جبار و
ومشروع ثوري قطعاً حاسماً تنخرط فيه كل مكونا و أطياف المجتمع المدني كما نناشد فيه الملِك
أن ينخرط فيه طوعا أو كرها ، فإنِ استحبّ العمى عن الهدى فلا يلومنّ ألا نفسه وذلك من أجل
الهدف الأسمى دولة الحق و القانون من أجل سيادة و حرية وسعادة شعبنا.
زين العابدين بنصغير :حزب الله في المغرب الإسلامي(حماس)

je ne cherche ni pouvoir ni royauté المُلك  لله  ni prestiges , ni Gloire ,ni Honneurs  , Ni tapis rouges ni Glorioles ni Wissam ما أتاني  الله  خير  مِمّا  أتاكم  بل أنتم  بهديكم  تفرحون(Salomon) surtout pas: إنما  العِزّة  لله و لرسوله  و للمومنينَ و لكن  المُنافقين  لا يعلمون   »
par contre je vais faire un crédit banquaire ,pour se procurer une petite « cabane » dans mon village natal »Moulay Bousselham » Ya rich N3am ,près du Tombeau de waliou Allah Moulay Bousselham et près de la tombe de mon Grand père Sy Bousselham BENSGHIR , qui a osé gifler le CONSUL Général de France Monsieur POISSY car les autorités d’occupation lui avait perquisitionnés des terres: a son procès Le Juge français lui demanda ,Sy Bousselham Bensrhir :qu’avez-vous à dire ;et  mon Grand père rétorqua أنا  لّي نقول  و عندي  ما  نقول ، إلى  اعطاني  الحاكم خاطرو :الله يرحمها روح .la juge décida , après une semaine de détention de le liberer …   beaucoup de terre lui avait été subtilisé notamment à souk labr3a du Gharb, et douar Wlad 7ammad à souk larb3a  car ony avait trouvé une réserve d’eau ..rendez moi ma ferme »3AYN SKHOUN » ça me suffit .razqi

A Bon entendeur salut
Have NICE DAY His MAJESTY MOHAMED 6th
Sba7 Lkhir Moulay -a tout prince , tout HONNEUR » 7na machi Klab mais des lions de l’Atlas ..
suis les commandement du BAyan N°3″Ali 3imran » : »missive à M6 et à sa DST par le canal diplomatique  »

تخففوا  تلحقوا  فإنما  ينتظر بأولِكمْ آخركم: أمير  المومنين  علي  بن  أبي  طالب  كرم  الله  وجهه

zine bensrhir « le BIENHEUREUX » Him(Hizbullah in Islamic Maghreb) Apôtre

كاين  الفرنسية  19 شوال  1436

والسلام على  من  اتبع  الهُدى(Moïse)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

Palestine: Mr le Président vous égarez la France par Edwy PLENEL

Posté par abc10 le 3 août 2015

 

août 2014 ;

Edwy Plenel

_____________________________________________________________________________________________________

De l’alignement préalable sur la droite extrême israélienne à l’interdiction de manifestations de solidarité avec le peuple palestinien, sans compter l’assimilation de cette solidarité à de l’antisémitisme maquillé en antisionisme, François Hollande s’est engagé dans une impasse. Politiquement, il n’y gagnera rien, sauf le déshonneur. Mais, à coup sûr, il y perd la France.

Monsieur le Président, cher François Hollande, je n’aurais jamais pensé que vous puissiez rester, un jour, dans l’histoire du socialisme français, comme un nouveau Guy Mollet. Et, à vrai dire, je n’arrive pas à m’y résoudre tant je vous croyais averti de ce danger d’une rechute socialiste dans l’aveuglement national et l’alignement international, cette prétention de civilisations qui se croient supérieures au point de s’en servir d’alibi pour justifier les injustices qu’elles commettent.

Vous connaissez bien ce spectre molletiste qui hante toujours votre famille politique. Celui d’un militant dévoué à son parti, la SFIO, d’un dirigeant aux convictions démocratiques et sociales indéniables, qui finit par perdre politiquement son crédit et moralement son âme faute d’avoir compris le nouveau monde qui naissait sous ses yeux. C’était, dans les années 1950 du siècle passé, celui de l’émergence du tiers-monde, du sursaut de peuples asservis secouant les jougs colonisateurs et impériaux, bref le temps de leurs libérations et des indépendances nationales.

Guy Mollet, et la majorité de gauche qui le soutenait, lui opposèrent, vous le savez, un déni de réalité. Ils s’accrochèrent à un monde d’hier, déjà perdu, ajoutant du malheur par leur entêtement, aggravant l’injustice par leur aveuglement. C’est ainsi qu’ils prétendirent que l’Algérie devait à tout prix rester la France, jusqu’à engager le contingent dans une sale guerre, jusqu’à autoriser l’usage de la torture, jusqu’à violenter les libertés et museler les oppositions. Et c’est avec la même mentalité coloniale qu’ils engagèrent notre pays dans une désastreuse aventure guerrière à Suez contre l’Égypte souveraine, aux côtés du jeune État d’Israël.

Mollet n’était ni un imbécile ni un incompétent. Il était simplement aveugle au monde et aux autres. Des autres qui, déjà, prenaient figure d’Arabes et de musulmans dans la diversité d’origines, la pluralité de cultures et la plasticité de croyance que ces mots recouvrent. Lesquels s’invitaient de nouveau au banquet de l’Histoire, s’assumant comme tels, revendiquant leurs fiertés, désirant leurs libertés. Et qui, selon le même réflexe de dignité et de fraternité, ne peuvent admettre qu’aujourd’hui encore, l’injustice européenne faite aux Juifs, ce crime contre l’humanité auquel ils n’eurent aucune part, se redouble d’une injustice durable faite à leurs frères palestiniens, par le déni de leur droit à vivre librement dans un État normal, aux frontières sûres et reconnues.

Vous connaissez si bien la suite, désastreuse pour votre famille politique et, au-delà d’elle, pour toute la gauche de gouvernement, que vous l’aviez diagnostiquée vous-même, en 2006, dans Devoirs de vérité(Stock). « Une faute, disiez-vous, qui a été chèrement payée : vingt-cinq ans d’opposition, ce n’est pas rien ! » Sans compter, auriez-vous pu ajouter, la renaissance à cette occasion de l’extrême droite française éclipsée depuis la chute du nazisme et l’avènement d’institutions d’exception, celles d’un pouvoir personnel, celui du césarisme présidentiel. Vingt-cinq ans de « pénitence », insistiez-vous, parce que la SFIO, l’ancêtre de votre Parti socialiste d’aujourd’hui, « a perdu son âme dans la guerre d’Algérie ».

Vous en étiez si conscient que vous ajoutiez : « Nous avons encore des excuses à présenter au peuple algérien. Et nous devons faire en sorte que ce qui a été ne se reproduise plus. » « Nous ne sommes jamais sûrs d’avoir raison, de prendre la bonne direction, de choisir la juste orientation, écriviez-vous encore.Mais nous devons, à chaque moment majeur, nous poser ces questions simples : agissons-nous conformément à nos valeurs ? Sommes-nous sûrs de ne pas altérer nos principes ? Restons-nous fidèles à ce que nous sommes ? Ces questions doivent être posées à tout moment, au risque sinon d’oublier la leçon. »

Eh bien, ces questions, je viens vous les poser parce que, hélas, vous êtes en train d’oublier la leçon et, à votre tour, de devenir aveugle au monde et aux autres. Je vous les pose au vu des fautes stupéfiantes que vous avez accumulées face à cet énième épisode guerrier provoqué par l’entêtement du pouvoir israélien à ne pas reconnaître le fait palestinien. J’en dénombre au moins sept, et ce n’est évidemment pas un jeu, fût-il des sept erreurs, tant elles entraînent la France dans la spirale d’une guerre des mondes, des civilisations et des identités, une guerre sans issue, sinon celle de la mort et de la haine, de la désolation et de l’injustice, de l’inhumanité en somme, ce sombre chemin où l’humanité en vient à se détruire elle-même.

Les voici donc ces sept fautes où, en même temps qu’à l’extérieur, la guerre ruine la diplomatie, la politique intérieure en vient à se réduire à la police.

Une faute politique doublée d’une faute intellectuelle

1. Vous avez d’abord commis une faute politique sidérante. Rompant avec la position traditionnellement équilibrée de la France face au conflit israélo-palestinien, vous avez aligné notre pays sur la ligne d’offensive à outrance et de refus des compromis de la droite israélienne, laquelle gouverne avec une extrême droite explicitement raciste, sans morale ni principe, sinon la stigmatisation des Palestiniens et la haine des Arabes.

Votre position, celle de votre premier communiqué du 9 juillet, invoque les attaques du Hamas pour justifier une riposte israélienne disproportionnée dont la population civile de Gaza allait, une fois de plus, faire les frais. Purement réactive et en grande part improvisée (lire ici l’article de Lenaïg Bredoux), elle fait fi de toute complexité, notamment celle du duo infernal que jouent Likoud et Hamas, l’un et l’autre se légitimant dans la ruine des efforts de paix (lire là l’article de François Bonnet).

Surtout, elle est inquiétante pour l’avenir, face à une situation internationale de plus en plus incertaine et confuse. À la lettre, ce feu vert donné à un État dont la force militaire est sans commune mesure avec celle de son adversaire revient à légitimer, rétroactivement, la sur-réaction américaine après les attentats du 11-Septembre, son Patriot Act liberticide et sa guerre d’invasion contre l’Irak. Bref, votre position tourne le dos à ce que la France officielle, sous la présidence de Jacques Chirac, avait su construire et affirmer, dans l’autonomie de sa diplomatie, face à l’aveuglement nord-américain.

Depuis, vous avez tenté de modérer cet alignement néoconservateur par des communiqués invitant à l’apaisement, à la retenue de la force israélienne et au soulagement des souffrances palestiniennes. Ce faisant, vous ajoutez l’hypocrisie à l’incohérence. Car c’est une fausse compassion que celle fondée sur une fausse symétrie entre les belligérants. Israël et Palestine ne sont pas ici à égalité. Non seulement en rapport de force militaire mais selon le droit international.

En violation de résolutions des Nations unies, Israël maintient depuis 1967 une situation d’occupation, de domination et de colonisation de territoires conquis lors de la guerre des Six Jours, et jamais rendus à la souveraineté pleine et entière d’un État palestinien en devenir. C’est cette situation d’injustice prolongée qui provoque en retour des refus, résistances et révoltes, et ceci d’autant plus que le pouvoir palestinien issu du Fatah en Cisjordanie n’a pas réussi à faire plier l’intransigeance israélienne, laquelle, du coup, légitime les actions guerrières de son rival, le Hamas, depuis qu’il s’est imposé à Gaza.

Historiquement, la différence entre progressistes et conservateurs, c’est que les premiers cherchent à réduire l’injustice qui est à l’origine d’un désordre tandis que les seconds sont résolus à l’injustice pour faire cesser le désordre. Hélas, Monsieur le Président, vous avez spontanément choisi le second camp, égarant ainsi votre propre famille politique sur le terrain de ses adversaires.

2. Vous avez ensuite commis une faute intellectuelle en confondant sciemment antisémitisme et antisionisme. Ce serait s’aveugler de nier qu’en France, la cause palestinienne a ses égarés, antisémites en effet, tout comme la cause israélienne y a ses extrémistes, professant un racisme anti-arabe ou antimusulman. Mais assimiler l’ensemble des manifestations de solidarité avec la Palestine à une résurgence de l’antisémitisme, c’est se faire le relais docile de la propagande d’État israélienne.

Mouvement nationaliste juif, le sionisme a atteint son but en 1948, avec l’accord des Nations unies, URSS comprise, sous le choc du génocide nazi dont les Juifs européens furent les victimes. Accepter cette légitimité historique de l’État d’Israël, comme a fini par le faire sous l’égide de Yasser Arafat le mouvement national palestinien, n’entraîne pas que la politique de cet État soit hors de la critique et de la contestation. Être antisioniste, en ce sens, c’est refuser la guerre sans fin qu’implique l’affirmation au Proche-Orient d’un État exclusivement juif, non seulement fermé à toute autre composante mais de plus construit sur l’expulsion des Palestiniens de leur terre.

Confondre antisionisme et antisémitisme, c’est installer un interdit politique au service d’une oppression. C’est instrumentaliser le génocide dont l’Europe fut coupable envers les Juifs au service de discriminations envers les Palestiniens dont, dès lors, nous devenons complices. C’est, de plus, enfermer les Juifs de France dans un soutien obligé à la politique d’un État étranger, quels que soient ses actes, selon la même logique suiviste et binaire qui obligeait les communistes de France à soutenir l’Union soviétique, leur autre patrie, quels que soient ses crimes. Alors qu’évidemment, on peut être juif et antisioniste, juif et résolument diasporique plutôt qu’aveuglément nationaliste, tout comme il y a des citoyens israéliens, hélas trop minoritaires, opposés à la colonisation et solidaires des Palestiniens.

Brandir cet argument comme l’a fait votre premier ministre aux cérémonies commémoratives de la rafle du Vél’ d’Hiv’, symbole de la collaboration de l’État français au génocide commis par les nazis, est aussi indigne que ridicule. Protester contre les violations répétées du droit international par l’État d’Israël, ce serait donc préparer la voie au crime contre l’humanité ! Exiger que justice soit enfin rendue au peuple palestinien, pour qu’il puisse vivre, habiter, travailler, circuler, etc., normalement, en paix et en sécurité, ce serait en appeler de nouveau au massacre, ici même !

Un antiracisme oublieux et infidèle

Si vous pensez spontanément religion quand s’expriment ici même des insatisfactions et des colères en solidarité avec le monde arabe, univers où dominent la culture et la foi musulmanes, c’est paradoxalement parce que vous ne vous êtes pas résolus à cette évidence d’une France multiculturelle. À cette banalité d’une France plurielle, vivant diversement ses appartenances et ses héritages, qu’à l’inverse, votre crispation, où se mêlent la peur et l’ignorance, enferme dans le communautarisme religieux. Pourtant, les musulmans de France font de la politique comme vous et moi, en pensant par eux-mêmes, en inventant par leur présence au monde, à ses injustices et à ses urgences, un chemin de citoyenneté qui est précisément ce que l’on nomme laïcisation.

C’est ainsi, Monsieur le Président, qu’au lieu d’élever le débat, vous en avez, hélas, attisé les passions. Car cette réduction des musulmans de France à un islam lui-même réduit, par le prisme sécuritaire, au terrorisme et à l’intégrisme est un cadeau fait aux radicalisations religieuses, dans un jeu de miroirs où l’essentialisation xénophobe finit par justifier l’essentialisation identitaire. Une occasion offerte aux égarés en tous genres.

5. Vous avez surtout commis une faute historique en isolant la lutte contre l’antisémitisme des autres vigilances antiracistes. Comme s’il fallait la mettre à part, la sacraliser et la différencier. Comme s’il y avait une hiérarchie dans le crime contre l’humanité, le crime européen de génocide l’emportant sur d’autres crimes européens, esclavagistes ou coloniaux. Comme si le souvenir de ce seul crime monstrueux devait amoindrir l’indignation, voire simplement la vigilance, vis-à-vis d’autres crimes, de guerre ceux-là, commis aujourd’hui même. Et ceci au nom de l’origine de ceux qui les commettent, brandie à la façon d’une excuse absolutoire alors même, vous le savez bien, que l’origine, la naissance ou l’appartenance, quelles qu’elles soient, ne protègent de rien, et certainement pas des folies humaines.

Ce faisant, votre premier ministre et vous-même n’avez pas seulement encouragé une détestable concurrence des victimes, au lieu des causes communes qu’il faudrait initier et promouvoir. Vous avez aussi témoigné d’un antiracisme fort oublieux et très infidèle. Car il ne suffit pas de se souvenir du crime commis contre les juifs. Encore faut-il avoir appris et savoir transmettre la leçon léguée par l’engrenage qui y a conduit : cette lente accoutumance à la désignation de boucs émissaires, essentialisés, caricaturés et calomniés dans un brouet idéologique d’ignorance et de défiance qui fit le lit des persécutions.

Or comment ne pas voir qu’aujourd’hui, dans l’ordinaire de notre société, ce sont d’abord nos compatriotes d’origine, de culture ou de croyance musulmane qui occupent cette place peu enviable ? Et comment ne pas comprendre qu’à trop rester indifférents ou insensibles à leur sort, ce lot quotidien de petites discriminations et de grandes détestations, nous habituons notre société tout entière à des exclusions en chaîne, tant le racisme fonctionne à la manière d’une poupée gigogne, des Arabes aux Roms, des Juifs aux Noirs, et ainsi de suite jusqu’aux homosexuels et autres prétendus déviants ?

Ne s’attarder qu’à la résurgence de l’antisémitisme, c’est dresser une barrière immensément fragile face au racisme renaissant. Le Front national deviendrait-il soudain fréquentable parce qu’il aurait, selon les mots de son vice-président, fait« sauter le verrou idéologique de l’antisémitisme » afin de « libérer le reste » ? L’ennemi de l’extrême droite, confiait à Mediapart la chercheuse qui a recueilli cette confidence de Louis Aliot, « n’est plus le Juif mais le Français musulman » (lire ici notre entretien avec Valérie Igounet).

De fait, la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), dont vous ne pouvez ignorer les minutieux et rigoureux travaux, constate, de rapport en rapport annuels, une montée constante de l’intolérance antimusulmane et de la polarisation contre l’islam (lire nos articles ici et ). Dans celui de 2013, on pouvait lire ceci, sous la plume des sociologues et politologues qu’elle avait sollicités : « Si on compare notre époque à celle de l’avant-guerre, on pourrait dire qu’aujourd’hui le musulman, suivi de près par le Maghrébin, a remplacé le juif dans les représentations et la construction d’un bouc émissaire. »

L’antiracisme conséquent est celui qui affronte cette réalité tout en restant vigilant sur l’antisémitisme. Ce n’est certainement pas celui qui, à l’inverse, pour l’ignorer ou la relativiser, brandit à la manière d’un étendard la seule lutte contre l’antisémitisme. Cette faute, hélas, Monsieur le Président, est impardonnable car non seulement elle distille le venin d’une hiérarchie parmi les victimes du racisme, mais de plus elle conforte les moins considérées d’entre elles dans un sentiment d’abandon qui nourrit leur révolte, sinon leur désespoir. Qui, elles aussi, les égare.

6. Vous avez par-dessus tout commis une faute sociale en transformant la jeunesse des quartiers populaires en classe dangereuse. Votre premier ministre n’a pas hésité à faire cet amalgame grossier lors de son discours du Vél’ d’Hiv’, désignant à la réprobation nationale ces « quartiers populaires » où se répand l’antisémitisme « auprès d’une jeunesse souvent sans repères, sans conscience de l’Histoire et qui cache sa “haine du Juif ” derrière un antisionisme de façade et derrière la haine de l’État d’Israël ».

Mais qui l’a abandonnée, cette jeunesse, à ces démons ? Qui sinon ceux qui l’ont délaissée ou ignorée, stigmatisée quand elle revendique en public sa religion musulmane, humiliée quand elle voit se poursuivre des contrôles policiers au faciès, discriminée quand elle ne peut progresser professionnellement et socialement en raison de son apparence, de son origine ou de sa croyance ? Qui sinon ceux-là mêmes qui, aujourd’hui, nous gouvernent, vous, Monsieur le Président et, surtout, votre premier ministre qui réinvente cet épouvantail habituel des conservatismes qu’est l’équivalence entre classes populaires et classes dangereuses ?

Une jeunesse des quartiers populaires stigmatisée

Cette jeunesse n’a-t-elle pas, elle aussi, des idéaux, des principes et des valeurs ? N’est-elle pas, autant que vous et moi, concernée par le monde, ses drames et ses injustices ? Par exemple, comment pouvez-vous ne pas prendre en compte cette part d’idéal, fût-il ensuite dévoyé, qui pousse un jeune de nos villes à partir combattre en Syrie contre un régime dictatorial et criminel que vous-même, François Hollande, avez imprudemment appelé à « punir » il y a tout juste un an ? Est-ce si compliqué de savoir distinguer ce qui est de l’ordre de l’idéalisme juvénile et ce qui relève de la menace terroriste, au lieu de tout criminaliser en bloc en désignant indistinctement des « djihadistes » ?

Le pire, c’est qu’à force d’aveuglement, cette politique de la peur que, hélas, votre pouvoir assume à son tour, alimente sa prophétie autoréalisatrice. Inévitablement, elle suscite parmi ses cibles leur propre distance, leurs refus et révoltes, leur résistance en somme, un entre soi de fierté ou de colère pour faire face aux stigmatisations et aux exclusions, les affronter et les surmonter. « On finit par créer un danger, en criant chaque matin qu’il existe. À force de montrer au peuple un épouvantail, on crée le monstre réel » : ces lignes prémonitoires sont d’Émile Zola, en 1896, au seuil de son entrée dans la mêlée dreyfusarde, dans un article du Figaro intitulé « Pour les Juifs ».

Zola avait cette lumineuse prescience de ceux qui savent se mettre à la place de l’autre et qui, du coup, comprennent les révoltes, désirs de revanche et volonté de résister, que nourrit un trop lourd fardeau d’humiliations avec son cortège de ressentiments. Monsieur le Président, je ne mésestime aucunement les risques et dangers pour notre pays de ce choc en retour. Mais je vous fais reproche de les avoir alimentés plutôt que de savoir les conjurer. De les avoir nourris, hélas, en mettant à distance cette jeunesse des quartiers populaires à laquelle, durant votre campagne électorale, vous aviez tant promis au point d’en faire, disiez-vous, votre priorité. Et, du coup, en prenant le risque de l’abandonner à d’éventuels égarements.

7. Vous avez, pour finir, commis une faute morale en empruntant le chemin d’une guerre des mondes, à l’extérieur comme à l’intérieur. En cette année 2014, de centenaire du basculement de l’Europe dans la barbarie guerrière, la destruction et la haine, vous devriez pourtant y réfléchir à deux fois. Cet engrenage est fatal qui transforme l’autre, aussi semblable soit-il, en étranger et, finalement, en barbare – et c’est bien ce qui nous est arrivé sur ce continent dans une folie destructrice qui a entraîné le monde entier au bord de l’abîme.

Jean Jaurès, dont nous allons tous nous souvenir le 31 juillet prochain, au jour anniversaire de son assassinat en 1914, fut vaincu dans l’instant, ses camarades socialistes basculant dans l’Union sacrée alors que son cadavre n’était pas encore froid. Tout comme d’autres socialistes, allemands ceux-là, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, finirent assassinés en 1919 sur ordre de leurs anciens camarades de parti, transformés en nationalistes et militaristes acharnés. Mais aujourd’hui, connaissant la suite de l’histoire, nous savons qu’ils avaient raison, ces justes momentanément vaincus qui refusaient l’aveuglement des identités affolées et apeurées.

Vous vous souvenez, bien sûr, de la célèbre prophétie de Jaurès, en 1895, à la Chambre des députés :« Cette société violente et chaotique, même quand elle veut la paix, même quand elle est à l’état d’apparent repos, porte en elle la guerre comme la nuée dormante porte l’orage. » Aujourd’hui que les inégalités provoquées par un capitalisme financier avide et rapace ont retrouvé la même intensité qu’à cette époque, ce sont les mêmes orages qu’il vous appartient de repousser, à la place qui est la vôtre.

Vous n’y arriverez pas en continuant sur la voie funeste que vous avez empruntée ces dernières semaines, après avoir déjà embarqué la France dans plusieurs guerres africaines sans fin puisque sans stratégie politique (lire ici l’article de François Bonnet). Vous ne le ferez pas en ignorant le souci du monde, de ses fragilités et de ses déséquilibres, de ses injustices et de ses humanités, qui anime celles et ceux que le sort fait au peuple palestinien concerne au plus haut point.

Monsieur le Président, cher François Hollande, vous avez eu raison d’affirmer qu’il ne fallait pas« importer » en France le conflit israélo-palestinien, en ce sens que la France ne doit pas entrer en guerre avec elle-même. Mais, hélas, vous avez vous-même donné le mauvais exemple en important, par vos fautes, l’injustice, l’ignorance et l’indifférence qui en sont le ressort.

Edwy Plenel

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

 

Nikefrair |
Soldeburberryk |
Mohamedidrissi1918 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoires antiques
| Tvs02
| Rockabilly