L’ignorance tue:par l’historienne Samira Benturki Saidi

Posté par abc10 le 14 novembre 2020

L’IGNORANCE TUE

par Samira Benturki Saïdi

On nous rappelle sans cesse l’histoire de la séparation de l’Église et de l’État, mais peut-être devrions-nous cesser de discourir sur des sujets qui ont déjà été traités, et souligner aujourd’hui de la nécessité de séparer l’enseignement de l’histoire de la politique.

L’enseignement de l’histoire n’étant pas scientifique mais idéologique. Il en résulte un rejet et une intoxication intellectuelle causés par cette injustice envers l’histoire des peuples et des nations d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Australie.

Malheureusement nous avons perdu notre héritage historique. Ou plus précisément, nous sommes venus au monde et avons ouvert les yeux sur des livres d’histoire affirmant que les découvertes et les explorations maritimes étaient le fruit du seul génie européen. Nous n’avons pas remis en cause leurs sources ni la version historique qui a intoxiqué nos esprits et paralysé nos cerveaux. Nous avons accepté sans broncher le plat périmé et nous l’avons même ingurgité, mais c’était sans compter sur la réaction de notre organisme qui a commencé par suffoquer avant de régurgiter tout ce poison intellectuel pris à notre insu.

C’est alors que la connaissance fut le médicament qui soigna cette intoxication intellectuelle, ces mensonges éhontés répandus par des enseignants qui avaient perdu de vue la valeur de l’histoire en tant que patrimoine de l’humanité pour l’humanité.

Ils avaient transformé une science basée sur une perception ou version supposée objective et véridique des évènements passés en une suite de tromperies présentées comme authentiques. Cependant, parmi leurs élèves ou étudiants, certains étaient naïfs, ignorants ou influençables, tandis que d’autres étaient éveillés et l’esprit critique bien loin d’être en mode veille.

« Le colonialisme apparaît comme un processus complexe et stratifié dont les implications s’étendent à l’écriture et à la pratique de l’histoire et de l’archéologie, ainsi qu’à notre compréhension du passé. »

Le professeur depuis sa chaire, de l’Arabe « Sheikh » qui jadis au milieu de la Mosquée dispensait un enseignement de valeur et de valeurs à ses élèves, béats, n’était plus qu’un instrument politique et idéologique, incapable de distiller le moindre sentiment de gratitude en ses élèves. Il avait manqué de jugement et d’intégrité et pensait que sa malhonnêteté passerait inaperçue.

Il s’était tant rangé aux côtés des politiques qu’il était dans l’incapacité de voir le reflet de son image. Pourtant, son appartenance à la famille politique des caméléonidés était si évidente. Un habile acrobate, oscillant d’un parti à une idéologie, se fondant dans la jungle et guettant ses proies. Sa langue, repliée en accordéon, est déployée à toute vitesse pour se saisir de sa proie, innocente et si vulnérable.

Le professeur avait perdu de son intégrité et son enseignement n’était plus fiable…

Pourtant, nombreux étaient les enseignants de la version authentique de l’histoire de l’humanité, qui pointaient du doigt cet enseignement déformé, ce filtrage des connaissances, imposant un seul point de vue, une seule perspective. De plus, ils ont mis en évidence la dictature qui régnait dans les écoles, les universités, les musées, etc.

« Le travail de pionnier est souvent effectué par des personnes intelligentes qui abordent le problème sans être accablées par l’endoctrinement spécialisé de l’établissement professionnel chargé du sujet dans les universités, les instituts et les musées. Les professionnels ont tendance à être endoctrinés en fonction de l’opinion admise, et il est préférable qu’ils le soient s’ils souhaitent avoir une carrière sans heurts. »

« L’antagonisme dont nous sommes ainsi témoins entre les religions et la science est la continuation d’une lutte qui a commencé quand le christianisme a commencé à atteindre le pouvoir politique. »

« Il y a plus de choses sur le passé de l’Amérique qu’il n’y paraît à première vue. Une étrange agitation est perceptible chez de nombreux jeunes historiens et archéologues des collèges et des universités ; le sentiment qu’une très grande partie du passé de l’Amérique a mystérieusement disparu de nos archives publiques ».

Concernant la falsification de l’histoire de la civilisation arabe avant l’avènement de l’Islam, Pierre Rossi, diplomate et historien français, a souligné l’influence idéologique qui empêche les enseignants d’enseigner une version authentique des empires arabes et leur influence sur les empires grec et romain, donc sur l’Europe et la France. « Craignant d’indisposer les maîtres dont ils étaient les disciples bien des professeurs et exégètes ont préféré entrer dans le rang, se condamnant ainsi à dispenser un enseignement auquel ils ne croyaient plus et à perpétuer une illusion qui n’était plus la leur, devenus en somme des faussaires malgré eux. »

La majorité des peuples ne savent même pas que « Europe » est « Uruba », la princesse arabe, fille du roi Agenor, et dont le prénom même signifie « Arabe, une femme arabe aimante ». Ils ne savent pas que lorsqu’ils disent « Nous sommes Européens », ils ne disent rien d’autre que « Nous sommes Arabes ».

Ils parlent sans cesse d’immigration et d’identité culturelle et religieuse, mais ils n’enseignent pas aux étudiants que la présence Arabo-Musulmane remonte à une époque antérieure à la fondation même du Royaume des Francs.

La majorité des élèves et des étudiants n’apprennent pas que les Arabes étaient en France bien avant l’avènement du christianisme, et ignorent que de nombreuses villes du sud ont été fondées par eux. On ne leur enseigne pas que les membres de la civilisation Arabo-Musulmane faisaient partie de ce qu’on appellerait la France, des siècles avant l’existence politique de ce pays. Ils ne connaissent pas la signification étymologique de villes comme Marseille, une fondation arabe, qui signifie le « Port de Dieu », « Marça Al ». Ou encore « Ramatuelle » qui vient de « Rahmatullah » et qui signifie « la compassion d’Allah »…

On ne leur enseigne pas que les chrétiens étaient sous la protection des musulmans, contre leurs coreligionnaires qui les opprimaient, au tout début de la conquête musulmane, dans ce qu’on appellerait plus tard le « sud de la France ». Ils ne savent pas non plus que les juifs furent protégés par les musulmans, contre les nazis.

Le Code civil français fondé sur les enseignements du Saint Coran, est une donnée inconnue du grand public. Napoléon avait rassemblé des érudits, d’éminents juristes, afin d’établir les bases des lois françaises, en se basant sur le Livre Saint des musulmans. Les étudiants reçoivent un enseignement erroné sur la véritable histoire du Code civil français, leur dissimulant ainsi, sa source coranique.

Une question simple et légitime : « Pourquoi tant de haine envers la civilisation Arabo-Musulmane et envers le Prophète et Messager Mohammed (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui) ?

« En 1940, depuis sa chaire à Harvard, l’amiral Samuel Eliot Morisson soutenait que Colomb n’avait pas de prédécesseur – et malheur à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec cette déclaration. »

Quel rapport avec notre sujet? Me diriez-vous.

D’éminents chercheurs ont mis en évidence la présence Arabo-Musulmane sur les continents américain et européen depuis plusieurs millénaires. Ils ont mis en lumière des chapitres de l’histoire européenne et américaine qui ne sont pas enseignés dans les écoles et les universités, où les détenteurs des pleins pouvoirs, c’est-à-dire les recteurs d’université, ont instrumentalisé le patrimoine historique de l’humanité et ont préféré projeter une image calomnieuse de cette civilisation, afin de légitimer les actions des hommes politiques…

Ils ont souligné que le Prophète et Messager Muhammad, que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui, était également le Prophète et Messager des Premières Nations d’Amérique, juste après l’avènement de l’Islam.

Ces chercheurs, historiens, anthropologues, linguistes, archéologues ne sont pas autorisés à enseigner dans les écoles et les universités, l’histoire authentique de la civilisation Arabo-Musulmane.

Une falsification sans précédent de l’histoire de l’humanité, étayée par des mensonges éhontés, une calomnie intolérable ajoutée à une appropriation malhonnête des droits d’auteur, se déroule depuis des siècles sous nos yeux. De plus, le domaine cinématographique, et ce afin de formater le grand public, l’a soutenue avec des images malveillantes, s’attaquant aux identités mêmes et au niveau civilisationnel supérieur des Premières Nations d’Amérique.

Comme l’a commenté l’écrivain et militant anti-apartheid sud-africain Steve Biko : « les colons ne se sont pas contentés de tenir un peuple sous leur emprise et de vider le cerveau des Natifs de toute forme et de tout contenu, ils se sont tournés vers le passé du peuple opprimé et l’ont déformé, défiguré et détruit »

Le savant hindou Swami Lakshmi Shankaracharya a déclaré : « Nous parlons du Prophète Mohammed (sur lui la paix) et nous devrions garder à l’esprit qu’il est le plus grand individu de l’histoire. Si quelqu’un veut en savoir plus sur l’Islam, il faut juger l’Islam à l’aune de la vie du Prophète (sur lui la paix) et de ses enseignements ».

Par conséquent, pourquoi « prononcer » aujourd’hui des discours qui nous rappellent ceux du Pape Urbain II, qui a proféré toute sa haine de Mohammed (SAWS) et du Noble Coran. Des discours violents, haineux et diffamatoires contre le Meilleur des Hommes?

Le Coran ne nous enseigne pas de mettre quelqu’un à mort, car des paroles honteuses ont été formulées, qui sont malheureuses, uniquement pour celui qui les aura prononcées :

Au Nom d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

(Lorsque tu rencontres ceux qui s’engagent dans des controverses à propos de Nos versets, éloigne-toi d’eux, jusqu’à ce qu’ils abordent un sujet différent. À moins que Satan ne te fasse oublier cette recommandation, ne reste pas en compagnie des injustes dès que tu t’en seras souvenu) [Sourate Les Bestiaux/verset 68].

Conclusion:

Pourquoi donc continuer à répandre ce venin contre le Coran et notre Prophète bien-aimé (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), sur l’Islam et les musulmans ?

Pourquoi ne pas modifier l’historiographie et diffuser des données authentiques, en soulignant la contribution de la civilisation Arabo-Musulmane à l’humanité, avec respect et gratitude.

Le temps est venu d’un enseignement scientifique de l’histoire basé sur des faits historiques, archéologiques et anthropologiques qui soulignent les contributions de chaque peuple, nation et civilisation au développement de l’humanité, y compris celui des Premières Nations d’Amérique, tout en mettant en évidence les identités arabes et musulmanes de certaines d’entre elles.

L’enseignement de l’histoire devrait être revu dans son contenu et dans sa forme, et ce, dans le respect de la diversité culturelle actuelle.

Le temps est venu de séparer l’enseignement de l’histoire de la politique.

Si les professeurs d’histoire souhaitent que les étudiants les écoutent, ils devront revoir leurs enseignements, ou du moins leurs stratégies.

Les historiens évoquent l’identité judéo-chrétienne de la France et insistent pour présenter l’ensemble de l’Europe de cette manière, tout en ignorant, par l’enseignement biaisé de l’histoire, l’apport de la civilisation Arabo-Musulmane et, par ricochet, l’héritage de ces étudiants qu’ils montrent du doigt et qui sont supposés être d’origine étrangère.

Les professeurs d’histoire ne sont pas innocents quand ils ne sont pas ignorants…

On fait constamment référence à l’héritage grec, tout en omettant de souligner l’héritage arabe des grecs.

« Les livres font l’histoire. Et cependant, mis à part leurs chiffres, leur algèbre et leurs astrolabes, aucune des créations de ces grands pionniers n’a obtenu le « copyright » de l’Occident. Bien au contraire, bon nombre d’inventions arabes portent aujourd’hui une marque de fabrique anglaise, française ou allemande. » , avait écrit Sigrid Hunke, auteure et chercheure allemande, spécialisée dans l’histoire des études religieuses.

Les découvertes scientifiques des Arabes, des Indiens, des Turcs, des Perses, des Peuples et des Nations d’Amérique ont été reprises par des auteurs, et en ont fait une Histoire eurocentriste.

Les élèves et les étudiants souffrent d’une intoxication intellectuelle.

Aujourd’hui plus que jamais, la transmission d’un enseignement de valeurs soulignant l’apport de la civilisation Arabo-Musulmane à l’humanité est essentielle pour l’apaisement des cœurs.

Elle permettra aux jeunes générations d’affronter cette vague de haine avec calme, sérénité et sang-froid. Il est nécessaire de désarmer par des arguments scientifiques, qui sont plus puissants que toute arme ou tout sentiment, comportement ou action violente.

Le patrimoine historique de la civilisation Arabo-Musulmane doit être déterré et transmis en héritage à l’humanité.

L’ignorance tue, elle a tué un professeur d’histoire et son élève, mais bien avant cela, elle a tué des populations entières en Afrique, en Asie, en Amérique et en Australie.

Ces populations ont été les premières victimes de la destruction et de la falsification des Annales de leur Histoire, pour servir et légitimer les intérêts des colonialistes.

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait le mot « colonialiste » ?

Il dérive du nom espagnol de Christophe Colomb, Cristobal Colon. Le symbole du massacre de masse, basé sur des données historiques falsifiées de l’Histoire de l’Humanité.

Un enseignement néocolonialiste de l’histoire et des événements a tué des millions de personnes innocentes, au cours des dernières décennies.

En conséquence, l’enseignement de l’Histoire, dans sa forme et dans son contenu, devrait être revu et les peuples et les nations devraient retrouver leurs droits à leurs propres versions, perspectives et vérités.

L’histoire n’est pas seulement le passé des civilisations, elle est aussi l’avenir de l’humanité.

Nous sommes les porteurs d’une religion de lumière, fruit d’une Révélation divine, au Meilleur des Hommes, Mohammed Ibn Abd Allah (saws).

Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur tous les Prophètes et Messagers envoyés à l’Humanité, et que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur les lecteurs qui viennent libres et sans idées préconçues, afin de découvrir le véritable héritage de l’Histoire de l’Humanité.

5 novembre 2020

Samira Benturki Saïdipar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Nikefrair |
Soldeburberryk |
Mohamedidrissi1918 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoires antiques
| Tvs02
| Rockabilly