En France,un homme politique incarne l’idéal humaniste à la française c’est Mr J-L Melenchon

Posté par abc10 le 24 novembre 2020

 

Le progrès aujourd’hui n’est plus synonyme d’émancipation et de progrès au sens noble du terme , il est aussi paradoxalement porteur d’aliénation et de régression mental et aussi physique (l’obésité ,cancers et maladies cardiovasculaires) : Voilà pourquoi je ne suis pas d’accord avec ceux ,en Afrique et en Amérique Latine ,qui pensent que le l’Occident est LE modèle idéal et universel, car c’est aussi un monde décadent ou même la démocratie s’essouffle ou les médias sont devenus la propriété privée de quelques milliardaires et où le taux de déprimés et de suicides bat des records.

 

Le progrès aujourd’hui n’est plus nécessairement synonyme d’émancipation et de libération des hommes, il est aussi devenu  un outil de leurs aliénations , de leurs surveillance et de leurs soumission , c’est très frappant en Chine mais aussi en Occident à l’exception des pays nordiques à la tradition social-démocrate séculaire.

La globalisation a paupérisé la société au profit d’une caste de milliardaires qui , pour ne pas payer d’impôts , pratiquent la fuite des capitaux dans les paradis fiscaux.

La théorie du ruissellement et de la main invisible du Marché d’un libéralisme débridé n’est qu’un mirage.

Des intellectuels identitaires ou pseudo-progressistes , comme l’est en France le philosophe Michel Anfray sont devenus les éminences grises des médias avec un matraquage incessant, préparant  les opinions à des gouvernements autoritaires et populistes.

Heureusement, reste encore l’espoir pour un sursaut général, on l’a vu en France , avec le mouvement des Gilets Jaunes ,  à qui le gouvernement a répondu par la répression policière et judiciaire,reste aussi le combat politique : Un espoir d’une résurrection et résurgence des idéaux politiques de la gauche socialiste et humaniste est encore vivace : En France,Un homme  politique  qui incarne l’ideal humaniste à la française , est à la hauteur de ce défi , il est debout contre vents et marées , c’est Monsieur Jean-Luc Melenchon

Zine Bensrhir.

Caen ,le 24 novembre 2020 .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Sans être un philanthrope convaincu…

Posté par abc10 le 24 novembre 2020

Sans être un philanthrope convaincu, et même si des souvenirs doulereuses avec l’autre peuvent nous marquer et nous désespérer d’autrui , on peut voir dans l’altérité beaucoup de beauté et d’empathie qui se reflète en dernier ressort sur soi car notre semblable est un miroir , il peut contribuer à notre propre beauté et notre perfectionnement dans notre vie et notre humanité.

Zine Bensrhir

Caen-Chemin Vert , le 24 novembre 2020.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La Mosquée Hassan 2 à Casablanca est belle, mais je n’y accomplirai jamais une prière

Posté par abc10 le 24 novembre 2020

La Mosquée Hassan2 à Casablanca est belle…

Mais il n’est pas question d’y accomplir ma prière dedans…l’intention de sa construction et l’argent de sa construction ne sont pas pures et dans la voie de de Dieu
Je me rappelle de la visite de l’israélien Shimon Perez à cette mosquée ,  sur invitation de son hôte Hassan 2 , il y est rentré avec ses chaussures …

بسم الله الرحمن الرحيم

لن ترضى عنك اليهود و لا النصارى حتى تتبع ملتهم ، قل ان هدى الله هو الهدى ،  ولين اتبعت أهواءهم مالك من دونالله من ولي و لا نصير…

Beaucoup de sionistes et de mafieux ont contribué à sa construction sans parler de la raquette exercée sur le peuple par les Moqaddem et Qaids
بسم الله الرحمن الرحيم
أفمن أسس بنيانه على شفى جرف هار فانهار به في نار جهنم
لا تقم فيه أبداً ، لمسجد أسس على التقوى من اول يوم احق ان تقوم فيه ، فيه رجال يحبون ان يتطهروا و الله يحب المتطهرين ( طهارة القلوب و المال و النيات و الأعمال)

زين العابدين بنصغير

Caen ,Chemin Vert , le 24 novembre 2020.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Je ne résiste pas à l’envie de publier cette interview d’Edgar Morin

Posté par abc10 le 22 novembre 2020

Salam,

Je n’ai pu résister à l’envie de partager cette interview d’Edgar Morin, véritable manifeste
D’humanisme (et d’érudition) avec une analyse de la complexité rendue limpide.
Du grand Edgar Morin comme d’habitude.
Une science jamais prise en défaut,
Un document à garder.

A lire et faire lire.
Bonne lecture.

Assassinat de Samuel Paty : pour Edgar Morin, « le plus dangereux est que deux France se dissocient et s’opposent «

Propos recueillis par Nicolas Truong

Publié aujourd’hui à 04h09, mis à jour à 05h43

Lecture 14 min.

« Cette affaire amplifie le développement de la pensée manichéenne, unilatérale, réductrice », déplore le sociologue et philosophe, dans un entretien au « Monde ». Analysant le raidissement des antagonismes entre deux France – l’une humaniste, l’autre identitaire –, il explique comment y résister.
Le sociologue Edgar Morin, à Montpellier, le 13 mars 2019.

Le sociologue Edgar Morin, à Montpellier, le 13 mars 2019. PASCAL GUYOT / AFP
Directeur de recherche émérite au CNRS, récompensé par trente-huit doctorats honoris causa dans le monde entier, le sociologue et philosophe Edgar Morin, né en 1921, a notamment écrit La Méthode (Seuil, 1977-2004) et Mes souvenirs viennent à ma rencontre (Fayard, 2019). Son dernier ouvrage, Changeons de voie. Les leçons du coronavirus (avec la collaboration de Sabah Abouessalam, Denoël, 160 p., 14,90 euros), donne des clés pour le « monde d’après ». Dans l’entretien qu’il accorde au Monde, il analyse les nouvelles fractures idéologiques qui traversent notre pays.

Dans la France de 2020, cinq ans après « Charlie Hebdo » et le Bataclan, on tue encore au nom d’un dieu. L’assassinat de Samuel Paty et la tuerie de Nice sont-ils le signe que l’histoire est en train de se répéter ?

Tout d’abord, il me semble important de me situer avant de considérer ces tragiques événements et de dire, comme il fut autrefois exigé, « d’où parle » l’auteur de cet entretien. En ce qui concerne les religions, je pense que les esprits humains créent les dieux qu’ils adorent et auxquels ils obéissent. Je suis, comme on dit, agnostique. Ou, plutôt, je crois que l’univers comporte un mystère qui échappe aux capacités de nos esprits. Je considère la Bible, fondement des trois religions juive, chrétienne et musulmane, comme un tissu de légendes et de mythes ; mi-légendaires mi-historiques sont également les Evangiles et le Coran. J’admire Jésus sans croire en sa résurrection.

Quand les religions sont toutes-puissantes, comme aujourd’hui en Iran ou en Arabie saoudite, j’exècre leur haine des impies, des croyants autres, des non-croyants. J’exècre les interdits qu’elles imposent, notamment aux femmes. Ce fut le cas du judaïsme dans le passé et ça l’est encore pour ses orthodoxes. Ce fut le cas du christianisme pendant des siècles. C’est encore le cas en de nombreux pays de l’islam.

« JE SUIS POUR LA LIBERTÉ DES FEMMES QUI SE DÉVOILENT EN IRAN ET POUR LA LIBERTÉ DES FEMMES QUI SE VOILENT EN FRANCE »

Je ne confonds pas pour autant islam et djihadisme : entre le pieux musulman et le fanatique meurtrier, comme entre François d’Assise et Torquemada, il y a tout un monde extrêmement divers. Le mot « islamisme » occulte cette diversité pour n’y voir que prosélytisme et refus de démocratie et de laïcité. Certes, la charia est incompatible avec les lois d’une République laïque. Mais la majorité des musulmans de France accepte les lois républicaines et les croyants sont d’autant plus pacifiques qu’ils pensent candidement que leur religion est une religion de paix.

L’islam paraît aux Français comme une religion exogène, ce qu’elle est du fait de son origine et de sa langue arabe. Mais c’est en même temps une religion totalement judéo-chrétienne, fondée sur le récit biblique et intégrant Jésus comme prophète.

Lire cette tribune de 2016 : Edgar Morin : « Eduquer à la paix pour résister à l’esprit de guerre »

J’ai horreur de tout fanatisme meurtrier comme celui qui a sévi au XXe siècle et renaît sous des formes religieuses traditionnelles. J’aime discuter avec les croyants, mais je n’aime pas les offenser ; ne pas offenser ni humilier est mon credo éthique à valeur universelle : le respect d’autrui me demande de ne pas bafouer ce qui est sacré pour lui, mais je me donne le droit de critiquer ses convictions. Le respect de la liberté comporte ma liberté de parole.

J’ai ressenti combien pouvait être douloureuse pour les peuples indiens assujettis des Amériques la profanation par les conquérants de leurs lieux sacrés. En revanche, quand la religion est toute-puissante et condamne comme blasphématoire toute non-obéissance – comme le refus du chevalier de la Barre de saluer une procession religieuse ou la fatwa des ayatollahs contre Salman Rushdie –, je me sens du côté des condamnés.

D’où cet apparent paradoxe : je suis pour la liberté des femmes qui se dévoilent en Iran et pour la liberté des femmes qui se voilent en France. Voilà « d’où je parle » : ni islamiste ni gauchiste, mais montaigniste et spinoziste. Aussi je souhaite que nous regardions la situation dans toute sa complexité. Ce qui n’atténue en rien la condamnation du fanatisme meurtrier des djihadistes islamistes.

Que pensez-vous de la republication des caricatures de Mahomet et de leurs usages, notamment pédagogiques, politiques et idéologiques ?

Récapitulons : les caricatures de Mahomet sont une invention non pas française, mais danoise. Ces caricatures établissent un lien ombilical entre le prophète fondateur de l’islam, révéré par les musulmans pieux, et les terroristes djihadistes d’aujourd’hui, ce qui est pour le moins contestable. Elles n’ont pas été reproduites dans des pays libéraux comme la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, ni dans les pays comme l’Italie ou l’Espagne, dont les lois prohibent les insultes à la religion.

La publication des caricatures de Mahomet, même si elle est blasphématoire pour de pieux musulmans, est licite en France, et le droit au blasphème fait partie de nos libertés. Charlie Hebdo est le continuateur, voire l’amplificateur, d’une tradition anticléricale et libertaire française qui a été salubre tant que l’Eglise avait forte puissance sur notre société. Cet antichristianisme s’est atténué avec l’acceptation de la laïcité par l’Eglise, et il est devenu aujourd’hui caduc. L’hebdomadaire satirique a reproduit ces caricatures en 2006, suscitant des réactions laudatives et des réactions critiques, dont une plainte d’associations musulmanes qui est rejetée en procès, en 2007. En 2011, les locaux de Charlie subissent un incendie criminel, puis celui-ci s’oublie.

Les attentats de 2015 changent à la fois le sens de l’hebdomadaire et celui des caricatures : Charlie n’est plus feuille satirique mais devient symbole de la liberté d’expression ; les journalistes assassinés deviennent, à juste titre, des martyrs de la liberté ; les caricatures danoises deviennent patrimoine national français.

Lire cet entretien de 2015 : Edgar Morin : « La France frappée au cœur de sa nature laïque et de sa liberté »
Puis, à l’occasion du procès des assassins de Charlie, l’hebdomadaire décide de republier les caricatures. Cette republication devient l’exemple même de la liberté française, et leur diffusion devient défense salutaire de l’esprit critique.

Un professeur d’histoire épris de liberté pense qu’elles peuvent aider à susciter l’esprit critique de ses élèves. Cela provoque, au départ, peu de réactions, à part la plainte d’un père musulman et un apaisement apparemment réussi par la directrice. Mais un prédicateur de mosquée vient souffler sur une braise et la renflamme jusqu’à susciter chez un jeune Tchétchène le geste djihadiste terrifiant de la décapitation.

Cet assassinat suscite une immense émotion chez les enseignants et dans toute la société. Elle déchaîne les dénonciateurs du « laxisme officiel » et de la complaisance islamo-gauchiste (notion imaginaire qui unit en elle deux termes considérés comme horrifiques). Emmanuel Macron réaffirme la valeur fondamentale de la liberté républicaine et termine son propos, selon la version alors donnée par les médias, par la promesse que la France prendra la défense des caricatures, comme s’il s’agissait d’un devoir national. Ces propos ont été démentis et atténués par le président dans un récent entretien à la chaîne de télévision arabe Al-Jazira, où il affirme comprendre que les caricatures puissent choquer.

Après le choc de ces attentats et leur condamnation unanime, la critique de la transformation des caricatures danoises en emblème de l’identité française commence à se manifester. Est-ce légitime ?

L’horreur de la criminelle décapitation du professeur Paty, après celle des assassinats de Charlie Hebdo, a occulté, par son évidence, sa cruauté et sa folie, toute une part de la réalité d’où elle a surgi. Cette horreur inhibe toute tentative de réflexion et de contextualisation, comme si la compréhension portait en elle le vice de la justification. Or il ne faut pas oublier que de telles caricatures choquent les musulmans pieux. Pire, elles ont suscité des folies meurtrières.

Enfin, leur officialisation a provoqué de délirantes et innombrables manifestations antifrançaises dans le monde islamique. Il y a certes des cas où l’on doit braver l’incompréhension étrangère, mais il y a aussi des cas où il vaut mieux ne pas la susciter ou l’exciter, surtout en des temps de tensions internationales extrêmes.

« MALHEUREUSEMENT, COMME EN 1914, EN 1933, EN 1940, PUIS COMME À CHAQUE DÉLIRE COLLECTIF, IL Y A DES PHILOSOPHES AU PREMIER RANG DE L’HYSTÉRIE »
Il faut être attentif aux effets pervers d’actes à intention salutaires. Il y a parfois contradiction entre liberté et responsabilité de parole ou d’écrit. Nous sommes dans un de ces cas, et nous devons savoir que le choix comporte un risque. Il y a parfois coïncidence entre responsabilité et irresponsabilité ; ainsi, il me semble irresponsable de prendre la responsabilité d’assumer comme vérité de la liberté française la propagation à l’infini de caricatures danoises.

Selon ma conception, que je développe dans le tome V de La Méthode, l’éthique ne peut se borner aux bonnes intentions. Elle doit avoir le sens des conséquences de ses actions, qui souvent sont contraires aux intentions. Et surtout, toute décision prise dans un contexte incertain ou conflictuel comporte un risque d’effets contraires. Aussi les caricatures ne peuvent être jugées seulement selon les intentions libératrices ou libertaires de leurs auteurs et diffuseurs, mais aussi selon les possibilités de leurs néfastes ou désastreuses conséquences.

La liberté d’expression ne saurait exclure toute prévoyance des malentendus, incompréhensions, conséquences violentes ou criminelles qu’elle peut provoquer. Est-ce que ces caricatures peuvent aider des êtres pieux et croyants à mettre en doute leur croyance ? Nullement. Est-ce qu’elles peuvent contribuer à affaiblir le djihadisme ? Nullement.

On a entendu des essayistes et des polémistes, mais aussi des ministres, soutenir que l’« islamo-gauchisme » armait intellectuellement le terrorisme. La charge est-elle justifiée ? Et pourquoi une telle offensive idéologique ?

Ce qui est terrible, c’est que cette affaire amplifie le développement de la pensée manichéenne, unilatérale, réductrice. Toute résistance à une islamophobie croissante devient signe abject d’islamo-gauchisme – lequel a cette particularité de n’être ni partisan de l’islam ni gauchiste –, voire de complicité avec les assassins. Malheureusement, comme en 1914, en 1933, en 1940, puis comme à chaque délire collectif, il y a des philosophes au premier rang de l’hystérie.

Lire aussi: « Islamo-gauchisme », l’oxymore disqualifiant
Le plus dangereux est que, comme il est plusieurs fois arrivé dans le passé, deux France se dissocient et s’opposent ; dans le cas heureux, comme au début du XXe siècle, une France républicaine et laïque a vaincu la France monarchiste, catholique et conservatrice ; dans le cas malheureux, comme en 1940, une France réactionnaire s’est imposée à la faveur du désastre militaire.

Le confinement impose une mise provisoire au réfrigérateur du conflit, qui, sinon, risque d’exploser dans le pays. Qu’adviendra-t-il après le déconfinement ? Quelle nouvelle décomposition et recomposition politique ? Deux France s’affrontent déjà en paroles : la France identitaire et la France humaniste. Tout cela mérite non imprécation, mais examen et réflexion.

L’affrontement de deux Amérique peut-il préfigurer un conflit entre deux France lors de la prochaine présidentielle ?

A l’heure où je vous réponds, nous ne savons pas si, après la victoire de Joe Biden, Donald Trump va tenter un coup de force pour sauver son siège. Les tensions sont énormes aux Etats-Unis, et je ne sais s’il y aura déflagration ou lente pacification.

De ce côté-ci de l’Atlantique, pour le moment, les deux France ne sont pas encore cristallisées, et il va y avoir des décompositions et recompositions politiques. Je vois bien la possibilité d’une politique de salut public, qui réunirait des bonnes volontés de tous bords pour une nouvelle voie économique, sociale, écologique, mais je ne la vois incarnée jusqu’à présent ni en une organisation ni en un leader.

Je vois, à gauche, des tentatives de regroupements brouillonnes. En revanche, je vois la possibilité du surgissement d’un outsider pour représenter l’ordre et la discipline, c’est-à-dire l’autre France, comme le général Pierre de Villiers. Mais rien n’est joué, et bien des choses nous surprendront l’année prochaine.

Comment éviter cette dislocation ?

J’ai, dans mon adolescence, adhéré à un petit parti, le Mouvement des étudiants frontistes, qui promouvait la lutte sur deux fronts : à la fois contre le fascisme et contre le stalinisme. Après ma conversion au communisme sous l’Occupation, puis ma déconversion au bout de six années, je me vois à nouveau lutter sur deux fronts : contre le communisme soviétique et contre le colonialisme européen. Depuis des décennies, j’essaie de résister à deux barbaries apparemment opposées : la barbarie venue du fond des temps historiques de la haine, de la domination, du mépris et la barbarie froide et glacée issue de notre civilisation, celle de l’hégémonie du profit effréné et du calcul. J’ai pu résister à l’hystérie de la guerre où tout Allemand était criminalisé, puis à l’hystérie stalinienne où toute critique du communisme était criminalisée, et je peux résister aux nouvelles hystéries.

Lire aussi: Edgar Morin : « J’ai gardé mes inspirations adolescentes tout en perdant mes illusions »
Dans les conditions de la France actuelle, je sens la nécessité de lutter sur deux fronts : celui de la résistance à la xénophobie, aux racismes, à l’islamophobie, à l’antisémitisme, qui sont des barbaries de civilisation moderne, et celui de l’action contre les fanatismes meurtriers qui portent en eux toute la vieille barbarie. Cette action comporte évidemment la répression de la violence meurtrière, mais elle comporte aussi la prévention qui elle-même comporterait une politique des banlieues, une réduction des inégalités sociales et économiques, et une éducation humaniste régénérée.

Que faire, plus particulièrement dans les écoles, sur le terrain pédagogique ?

C’est dans ce sens que j’ai proposé, depuis les débuts du terrorisme islamiste, d’intégrer dans les programmes scolaires les préliminaires indispensables à l’esprit critique. Le premier est l’esprit interrogatif. Celui-ci est très présent chez les enfants mais peut s’atténuer avec l’âge. Il est nécessaire de l’encourager.

L’esprit interrogatif étant stimulé, il convient d’encourager l’esprit problématiseur. L’esprit problématiseur met en question des évidences qui semblent absolues, soit à notre perception naturelle, comme la course du Soleil autour de la Terre, soit qui nous sont imposées par la culture et la société, comme la légitimité d’un pouvoir dictatorial, la croyance en une supériorité raciale. Rappelons que la vertu essentielle de la Renaissance européenne fut de problématiser le monde, d’où la science, de problématiser Dieu, d’où l’essor de la philosophie, de problématiser tout jugement d’autorité, d’où l’esprit démocratique ou citoyen. C’est dans cette problématisation qu’est l’essence de la laïcité.

Lire aussi: Edgar Morin et Jean-Michel Blanquer, une insaisissable synthèse sur l’école
L’esprit critique suppose donc la vitalité de l’esprit interrogatif et de l’esprit problématiseur.
Il suppose aussi l’autoexamen, que l’enseignement doit stimuler, afin que chaque élève accède à une réflexivité qui elle-même permette l’autocritique ; l’esprit critique sans esprit autocritique risque de verser dans une critique incontrôlée de ce qui nous est extérieur. Que serait un esprit critique incapable d’autocritique ?

L’esprit critique suppose nécessairement un esprit rationnel, c’est-à-dire capable d’appliquer induction, déduction et logique dans tout examen de faits ou de données. L’esprit rationnel suppose non moins nécessairement la conscience des limites de la logique face à des réalités qui ne peuvent être reconnues qu’en acceptant des contradictions ou qu’en associant des termes antagonistes.

L’esprit critique ainsi nourri de tous ces préliminaires peut et doit librement s’exercer, mais il doit comporter aussi l’aptitude à la critique de la critique quand celle-ci devient intempérante ou ne porte que les seuls mauvais aspects de phénomènes, réalités ou idées. Enfin, l’enseignement de l’esprit critique doit accepter que celui-ci porte sur l’enseignement lui-même. Ainsi, l’esprit critique comporte toute une infrastructure intellectuelle, laquelle est généralement ignorée.

Ce sont des réformes considérables, à commencer par la réforme de la pensée. Avez-vous quelque espoir qu’elles puissent être réalisées ?

Comme je vous l’ai dit, la conjoncture est régressive, tous les antagonismes se renforcent les uns les autres. Je n’ai cessé de rappeler que les deux décennies précédentes comportaient de graves régressions politiques, économiques, sociales, éthiques et intellectuelles : crise généralisée de la démocratie, nouvelles persécutions des minorités religieuses (Chine, Inde) hégémonie du profit, ravages économiques suscitant des révoltes populaires – toutes réprimées, comme en Algérie et en Biélorussie –, domination d’un type de pensée fondée sur le calcul et l’hyperspécialisation, qui rend incapable de concevoir et comprendre la complexité des problèmes humains, aussi bien individuels que nationaux et planétaires.

On ne sait si la nouvelle présidence américaine atténuera l’antagonisme Etats-Unis – Chine comme l’affrontement entre la coalition Etats-Unis – Israël – Arabie saoudite et l’Iran des ayatollahs. Mais la Turquie est devenue une puissance interventionniste islamiste en Méditerranée. La Chine impériale détruit l’autonomie de Hongkong et entre en conflit avec l’Inde. Une guerre ethno-religieuse s’est déclenchée entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. La crise de la nation plurielle libanaise n’arrive pas à susciter un sursaut salvateur. La course aux armements se déchaîne partout. L’Europe n’arrive pas à surmonter ses désunions.

« J’AI VÉCU LE SOMNAMBULISME DANS LA MARCHE AU DÉSASTRE DES ANNÉES 1930. AUJOURD’HUI, LES PÉRILS SONT TOUT AUTRES, MAIS UN NOUVEAU SOMNAMBULISME NOUS ASSUJETTIT »
Les espoirs d’un grand réveil écologique, d’une grande réforme de la mondialisation, qui a créé une interdépendance généralisée sans aucune solidarité, décroissent partout. Il y a retombée, non pas dans un statu quo antérieur, mais dans un processus de régression. Très minoritaire est l’élan vers une renaissance de la pensée politique qui indiquerait une nouvelle voie démocratique-économique-écologique.

En revanche, les manichéismes et fanatismes progressent, les nationalismes et racismes s’exacerbent. En même temps, le réchauffement climatique accroîtra la crise de la biosphère, qui accroîtra la crise de l’humanité. Nous sommes effectivement dans une crise planétaire géante, à la fois biologique, économique, civilisationnelle et anthropologique, qui affecte toutes les nations et toute l’humanité.

Lire l’entretien : Edgar Morin : « Cette crise nous pousse à nous interroger sur notre mode de vie, sur nos vrais besoins masqués dans les aliénations du quotidien »
Or, je l’ai souvent dit : une crise suscite d’une part imagination créatrice de nouvelles solutions, d’autre part peurs et angoisses, qui favorisent les régressions et les dictatures. Si la grande régression se poursuit, nous allons vers des systèmes postdémocratiques disposant des moyens multiples de contrôle des individus, désormais offerts par les techniques selon le modèle pratiqué déjà par la Chine.

Le cours probable des événements est suprêmement inquiétant. On ne peut même écarter l’hypothèse d’une conflagration se généralisant à partir d’un accident du type Sarajevo, comportant des guerres de type nouveau menées par ordinateurs, piratages des réseaux des nations ennemies, batailles de robots et, pire, missiles nucléarisés. Mais l’improbable peut changer le cours de l’histoire.

Pouvons-nous faire advenir l’improbable en France ?

Je crois en la nécessité d’organiser et de fédérer des oasis de résistance de vie et de pensée, de continuer à montrer la possibilité de changer de voie, de ne pas sombrer nous-mêmes dans les vices de pensée que nous dénonçons. J’ai vécu le somnambulisme dans la marche au désastre des années 1930.

Aujourd’hui, les périls sont tout autres, mais non moins énormes, et un nouveau somnambulisme nous assujettit. Selon la formule d’Héraclite : « Eveillés, ils dorment. »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Le Maroc est un beau pays,il pourrait l’être d’avantage .

Posté par abc10 le 20 novembre 2020

J’aime pas les tropiques à l’éternel et unique saison :l’été ..
J’aime bien la succession des saisons et les influences ,les rythmes et impressions dont elles impactent les êtres et les choses..
Certains compatriotes se plaisent a dire que le Maroc est le plus beau pays au monde..je ne pense pas ,loin de la ,mais nous l’aimons comme il est , du détroit de Gibraltar et sa ville de Tanger à cheval entre l’océan et la Méditerranée , où de l’antique ville de Fez et sa Qirawiyyine , la première Université au monde ,ou de  La pittoresque Marrakech à la porte du désert , avec le contraste saisissant des montagnes enneigées l’Oukaimden et de l’Ourika à quelques kilomètres du désert , jusqu’au dunes du Sahara marocain longeant l’Atlantique jusqu’à la presque-île de Dakhla puis celle de Lagouira ,d’où le Maroc tire sa profondeur africaine .

Notre pays est un beau pays certes, mais il pourrait l’être d’avantage , s’il y avait une gouvernance visionnaire économique et sociale , en investissant dans l’éducation ,  pour préparer les générations futures : les futures médecins , les futures ingénieurs et architectes  , les citoyens de demain .
Beaucoup de chemins a été accompli sous le règne du Roi Mohamed 6 , c’est indéniable ,on ne peut que s’en réjouir .

Zine Bensrhir.

Caen , le 20 novembre 2020.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’ignorance tue:par l’historienne Samira Benturki Saidi

Posté par abc10 le 14 novembre 2020

L’IGNORANCE TUE

par Samira Benturki Saïdi

On nous rappelle sans cesse l’histoire de la séparation de l’Église et de l’État, mais peut-être devrions-nous cesser de discourir sur des sujets qui ont déjà été traités, et souligner aujourd’hui de la nécessité de séparer l’enseignement de l’histoire de la politique.

L’enseignement de l’histoire n’étant pas scientifique mais idéologique. Il en résulte un rejet et une intoxication intellectuelle causés par cette injustice envers l’histoire des peuples et des nations d’Afrique, d’Asie, d’Amérique et d’Australie.

Malheureusement nous avons perdu notre héritage historique. Ou plus précisément, nous sommes venus au monde et avons ouvert les yeux sur des livres d’histoire affirmant que les découvertes et les explorations maritimes étaient le fruit du seul génie européen. Nous n’avons pas remis en cause leurs sources ni la version historique qui a intoxiqué nos esprits et paralysé nos cerveaux. Nous avons accepté sans broncher le plat périmé et nous l’avons même ingurgité, mais c’était sans compter sur la réaction de notre organisme qui a commencé par suffoquer avant de régurgiter tout ce poison intellectuel pris à notre insu.

C’est alors que la connaissance fut le médicament qui soigna cette intoxication intellectuelle, ces mensonges éhontés répandus par des enseignants qui avaient perdu de vue la valeur de l’histoire en tant que patrimoine de l’humanité pour l’humanité.

Ils avaient transformé une science basée sur une perception ou version supposée objective et véridique des évènements passés en une suite de tromperies présentées comme authentiques. Cependant, parmi leurs élèves ou étudiants, certains étaient naïfs, ignorants ou influençables, tandis que d’autres étaient éveillés et l’esprit critique bien loin d’être en mode veille.

« Le colonialisme apparaît comme un processus complexe et stratifié dont les implications s’étendent à l’écriture et à la pratique de l’histoire et de l’archéologie, ainsi qu’à notre compréhension du passé. »

Le professeur depuis sa chaire, de l’Arabe « Sheikh » qui jadis au milieu de la Mosquée dispensait un enseignement de valeur et de valeurs à ses élèves, béats, n’était plus qu’un instrument politique et idéologique, incapable de distiller le moindre sentiment de gratitude en ses élèves. Il avait manqué de jugement et d’intégrité et pensait que sa malhonnêteté passerait inaperçue.

Il s’était tant rangé aux côtés des politiques qu’il était dans l’incapacité de voir le reflet de son image. Pourtant, son appartenance à la famille politique des caméléonidés était si évidente. Un habile acrobate, oscillant d’un parti à une idéologie, se fondant dans la jungle et guettant ses proies. Sa langue, repliée en accordéon, est déployée à toute vitesse pour se saisir de sa proie, innocente et si vulnérable.

Le professeur avait perdu de son intégrité et son enseignement n’était plus fiable…

Pourtant, nombreux étaient les enseignants de la version authentique de l’histoire de l’humanité, qui pointaient du doigt cet enseignement déformé, ce filtrage des connaissances, imposant un seul point de vue, une seule perspective. De plus, ils ont mis en évidence la dictature qui régnait dans les écoles, les universités, les musées, etc.

« Le travail de pionnier est souvent effectué par des personnes intelligentes qui abordent le problème sans être accablées par l’endoctrinement spécialisé de l’établissement professionnel chargé du sujet dans les universités, les instituts et les musées. Les professionnels ont tendance à être endoctrinés en fonction de l’opinion admise, et il est préférable qu’ils le soient s’ils souhaitent avoir une carrière sans heurts. »

« L’antagonisme dont nous sommes ainsi témoins entre les religions et la science est la continuation d’une lutte qui a commencé quand le christianisme a commencé à atteindre le pouvoir politique. »

« Il y a plus de choses sur le passé de l’Amérique qu’il n’y paraît à première vue. Une étrange agitation est perceptible chez de nombreux jeunes historiens et archéologues des collèges et des universités ; le sentiment qu’une très grande partie du passé de l’Amérique a mystérieusement disparu de nos archives publiques ».

Concernant la falsification de l’histoire de la civilisation arabe avant l’avènement de l’Islam, Pierre Rossi, diplomate et historien français, a souligné l’influence idéologique qui empêche les enseignants d’enseigner une version authentique des empires arabes et leur influence sur les empires grec et romain, donc sur l’Europe et la France. « Craignant d’indisposer les maîtres dont ils étaient les disciples bien des professeurs et exégètes ont préféré entrer dans le rang, se condamnant ainsi à dispenser un enseignement auquel ils ne croyaient plus et à perpétuer une illusion qui n’était plus la leur, devenus en somme des faussaires malgré eux. »

La majorité des peuples ne savent même pas que « Europe » est « Uruba », la princesse arabe, fille du roi Agenor, et dont le prénom même signifie « Arabe, une femme arabe aimante ». Ils ne savent pas que lorsqu’ils disent « Nous sommes Européens », ils ne disent rien d’autre que « Nous sommes Arabes ».

Ils parlent sans cesse d’immigration et d’identité culturelle et religieuse, mais ils n’enseignent pas aux étudiants que la présence Arabo-Musulmane remonte à une époque antérieure à la fondation même du Royaume des Francs.

La majorité des élèves et des étudiants n’apprennent pas que les Arabes étaient en France bien avant l’avènement du christianisme, et ignorent que de nombreuses villes du sud ont été fondées par eux. On ne leur enseigne pas que les membres de la civilisation Arabo-Musulmane faisaient partie de ce qu’on appellerait la France, des siècles avant l’existence politique de ce pays. Ils ne connaissent pas la signification étymologique de villes comme Marseille, une fondation arabe, qui signifie le « Port de Dieu », « Marça Al ». Ou encore « Ramatuelle » qui vient de « Rahmatullah » et qui signifie « la compassion d’Allah »…

On ne leur enseigne pas que les chrétiens étaient sous la protection des musulmans, contre leurs coreligionnaires qui les opprimaient, au tout début de la conquête musulmane, dans ce qu’on appellerait plus tard le « sud de la France ». Ils ne savent pas non plus que les juifs furent protégés par les musulmans, contre les nazis.

Le Code civil français fondé sur les enseignements du Saint Coran, est une donnée inconnue du grand public. Napoléon avait rassemblé des érudits, d’éminents juristes, afin d’établir les bases des lois françaises, en se basant sur le Livre Saint des musulmans. Les étudiants reçoivent un enseignement erroné sur la véritable histoire du Code civil français, leur dissimulant ainsi, sa source coranique.

Une question simple et légitime : « Pourquoi tant de haine envers la civilisation Arabo-Musulmane et envers le Prophète et Messager Mohammed (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui) ?

« En 1940, depuis sa chaire à Harvard, l’amiral Samuel Eliot Morisson soutenait que Colomb n’avait pas de prédécesseur – et malheur à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec cette déclaration. »

Quel rapport avec notre sujet? Me diriez-vous.

D’éminents chercheurs ont mis en évidence la présence Arabo-Musulmane sur les continents américain et européen depuis plusieurs millénaires. Ils ont mis en lumière des chapitres de l’histoire européenne et américaine qui ne sont pas enseignés dans les écoles et les universités, où les détenteurs des pleins pouvoirs, c’est-à-dire les recteurs d’université, ont instrumentalisé le patrimoine historique de l’humanité et ont préféré projeter une image calomnieuse de cette civilisation, afin de légitimer les actions des hommes politiques…

Ils ont souligné que le Prophète et Messager Muhammad, que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui, était également le Prophète et Messager des Premières Nations d’Amérique, juste après l’avènement de l’Islam.

Ces chercheurs, historiens, anthropologues, linguistes, archéologues ne sont pas autorisés à enseigner dans les écoles et les universités, l’histoire authentique de la civilisation Arabo-Musulmane.

Une falsification sans précédent de l’histoire de l’humanité, étayée par des mensonges éhontés, une calomnie intolérable ajoutée à une appropriation malhonnête des droits d’auteur, se déroule depuis des siècles sous nos yeux. De plus, le domaine cinématographique, et ce afin de formater le grand public, l’a soutenue avec des images malveillantes, s’attaquant aux identités mêmes et au niveau civilisationnel supérieur des Premières Nations d’Amérique.

Comme l’a commenté l’écrivain et militant anti-apartheid sud-africain Steve Biko : « les colons ne se sont pas contentés de tenir un peuple sous leur emprise et de vider le cerveau des Natifs de toute forme et de tout contenu, ils se sont tournés vers le passé du peuple opprimé et l’ont déformé, défiguré et détruit »

Le savant hindou Swami Lakshmi Shankaracharya a déclaré : « Nous parlons du Prophète Mohammed (sur lui la paix) et nous devrions garder à l’esprit qu’il est le plus grand individu de l’histoire. Si quelqu’un veut en savoir plus sur l’Islam, il faut juger l’Islam à l’aune de la vie du Prophète (sur lui la paix) et de ses enseignements ».

Par conséquent, pourquoi « prononcer » aujourd’hui des discours qui nous rappellent ceux du Pape Urbain II, qui a proféré toute sa haine de Mohammed (SAWS) et du Noble Coran. Des discours violents, haineux et diffamatoires contre le Meilleur des Hommes?

Le Coran ne nous enseigne pas de mettre quelqu’un à mort, car des paroles honteuses ont été formulées, qui sont malheureuses, uniquement pour celui qui les aura prononcées :

Au Nom d’Allah, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

(Lorsque tu rencontres ceux qui s’engagent dans des controverses à propos de Nos versets, éloigne-toi d’eux, jusqu’à ce qu’ils abordent un sujet différent. À moins que Satan ne te fasse oublier cette recommandation, ne reste pas en compagnie des injustes dès que tu t’en seras souvenu) [Sourate Les Bestiaux/verset 68].

Conclusion:

Pourquoi donc continuer à répandre ce venin contre le Coran et notre Prophète bien-aimé (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), sur l’Islam et les musulmans ?

Pourquoi ne pas modifier l’historiographie et diffuser des données authentiques, en soulignant la contribution de la civilisation Arabo-Musulmane à l’humanité, avec respect et gratitude.

Le temps est venu d’un enseignement scientifique de l’histoire basé sur des faits historiques, archéologiques et anthropologiques qui soulignent les contributions de chaque peuple, nation et civilisation au développement de l’humanité, y compris celui des Premières Nations d’Amérique, tout en mettant en évidence les identités arabes et musulmanes de certaines d’entre elles.

L’enseignement de l’histoire devrait être revu dans son contenu et dans sa forme, et ce, dans le respect de la diversité culturelle actuelle.

Le temps est venu de séparer l’enseignement de l’histoire de la politique.

Si les professeurs d’histoire souhaitent que les étudiants les écoutent, ils devront revoir leurs enseignements, ou du moins leurs stratégies.

Les historiens évoquent l’identité judéo-chrétienne de la France et insistent pour présenter l’ensemble de l’Europe de cette manière, tout en ignorant, par l’enseignement biaisé de l’histoire, l’apport de la civilisation Arabo-Musulmane et, par ricochet, l’héritage de ces étudiants qu’ils montrent du doigt et qui sont supposés être d’origine étrangère.

Les professeurs d’histoire ne sont pas innocents quand ils ne sont pas ignorants…

On fait constamment référence à l’héritage grec, tout en omettant de souligner l’héritage arabe des grecs.

« Les livres font l’histoire. Et cependant, mis à part leurs chiffres, leur algèbre et leurs astrolabes, aucune des créations de ces grands pionniers n’a obtenu le « copyright » de l’Occident. Bien au contraire, bon nombre d’inventions arabes portent aujourd’hui une marque de fabrique anglaise, française ou allemande. » , avait écrit Sigrid Hunke, auteure et chercheure allemande, spécialisée dans l’histoire des études religieuses.

Les découvertes scientifiques des Arabes, des Indiens, des Turcs, des Perses, des Peuples et des Nations d’Amérique ont été reprises par des auteurs, et en ont fait une Histoire eurocentriste.

Les élèves et les étudiants souffrent d’une intoxication intellectuelle.

Aujourd’hui plus que jamais, la transmission d’un enseignement de valeurs soulignant l’apport de la civilisation Arabo-Musulmane à l’humanité est essentielle pour l’apaisement des cœurs.

Elle permettra aux jeunes générations d’affronter cette vague de haine avec calme, sérénité et sang-froid. Il est nécessaire de désarmer par des arguments scientifiques, qui sont plus puissants que toute arme ou tout sentiment, comportement ou action violente.

Le patrimoine historique de la civilisation Arabo-Musulmane doit être déterré et transmis en héritage à l’humanité.

L’ignorance tue, elle a tué un professeur d’histoire et son élève, mais bien avant cela, elle a tué des populations entières en Afrique, en Asie, en Amérique et en Australie.

Ces populations ont été les premières victimes de la destruction et de la falsification des Annales de leur Histoire, pour servir et légitimer les intérêts des colonialistes.

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait le mot « colonialiste » ?

Il dérive du nom espagnol de Christophe Colomb, Cristobal Colon. Le symbole du massacre de masse, basé sur des données historiques falsifiées de l’Histoire de l’Humanité.

Un enseignement néocolonialiste de l’histoire et des événements a tué des millions de personnes innocentes, au cours des dernières décennies.

En conséquence, l’enseignement de l’Histoire, dans sa forme et dans son contenu, devrait être revu et les peuples et les nations devraient retrouver leurs droits à leurs propres versions, perspectives et vérités.

L’histoire n’est pas seulement le passé des civilisations, elle est aussi l’avenir de l’humanité.

Nous sommes les porteurs d’une religion de lumière, fruit d’une Révélation divine, au Meilleur des Hommes, Mohammed Ibn Abd Allah (saws).

Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur tous les Prophètes et Messagers envoyés à l’Humanité, et que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur les lecteurs qui viennent libres et sans idées préconçues, afin de découvrir le véritable héritage de l’Histoire de l’Humanité.

5 novembre 2020

Samira Benturki Saïdipar

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La foi et la Science .

Posté par abc10 le 8 novembre 2020

La foi dans mon cas n’a pas besoin de tout régenter et tout démontrer ,  il faut relativiser : rien que la vue d’une rose épanouie est un apaisement pour le cœur .
C’est vrai que dans mon cas , qui suis un scientifique de formation , j’ai cherché dans les écritures saintes des preuves que ces écrits étaient LA preuve nécessaire et suffisante de leur origine divine , et qu’ils ne doivent ressembler dans le style littéraire à aucun livre ( j’ai la chance aussi de comprendre et d’écrire l’arabe classique) et ils ne doivent pas être en contradiction avec la science , ce qui est étonnements vrai pour le Coran , le livre de Monsieur Maurice Bucaille « La Bible ,le Coran et la Science « est une référence intéressante )

Les recherches modernes sur le Coran,grâce aux computers ,ont révélé des miracles saisissants dans le Saint Livre: au vue desquels  toute personne doué d’intelligence ,doit réfuter définitivement toute origine humaine de ce livre : voici quelques exemples :

Dans le Coran le mot « jour » se répète 365 fois , le mot « jours » au pluriel revient 30 fois
Le mot « mois » revient 12 fois et bien d’autres miracles numériques..d’ailleurs il y a un verset qui dit : « CECI est un livre numérique « انه لكتاب مرقوم
Gloire à Dieu l’Omniscient l’omnipotent .

Zine Al abidine Bensrhir.

Caen-Chemin Vert,le dimanche 8 novembre 20200

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Cette lettre du Mufti de Bosnie au président Macron devrait être lue aux Nations Unis

Posté par abc10 le 2 novembre 2020

http://bosniaks.net/9723-2/?fbclid=IwAR3gFCcaekFtS-Mv6iY6KlFc9ycchitoKpQsF2rek8peN0UOB7JKjW_iMjA

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

De la CHALGOUMISATION…

Posté par abc10 le 2 novembre 2020

DE LA CHALGOUMISATION..

Email à islam@france.tv

Caen -Chemin Vert, le 1 novembre 2020 ;

La Chalgoumisation des intellectuels arabes et musulmans à l’exception de quelques uns ,comme le Professeur Tariq Ramadan, ne m’insurge plus , elle me laisse indifférent devant le spectacle de ces larbins et guignols.
Et je me plonge dans mes lectures, tournant le dos au vacarme incessant du Cirque.

Pour parler des Droits de l’homme en Islam,l’objet de votre émission d’aujourd’hui ,il suffit de rappeler une biographie succincte du plus parfait des Hommes MOHAMED(PSL)
الرجل الكامل محمد اشرف المرسلين ، و خاتم النبيين ، و رحمة الله للعالمين..

La première décision qu’il a prise en arrivant à Medine c’est la construction d’une petite mosquée ,le parlement ,en terre d’où sortira la lumière qui changea la face du monde et la première Constitution écrite,garantissant les droits et les devoirs des citoyens musulmans mais aussi des païens, des juifs et des chrétiens de Medine :les musulmans qui ont les moyens doivent s’acquitter de la Zakate et les gens du Livre de Jeziah jouissant de tous les droits et protections et affranchis du devoir du participer à La Défense de la cité contre les agressions .
Il a ensuite conclu un accord de Paix avec ceux-là mêmes qui l’ont pourchassé et qui ont mis une récompense de 100 chameaux à celui qui l’assassinera (l’équivalent de centaines de millions d’aujourd’hui) .
Les droits des prisonniers de guerre (toujours des guerres défensives) :les prisonniers étaient libérable s’ils accomplissent un travail d’intérêt général : participer à l’éducation des analphabètes,les femmes les enfants et les vieillards étaient protégés.
Le Saint prophète qui était un Coran qui marche sur les pieds ne faisait qu’appliquer la révélation :
« Pas de Contrainte en Religion , la voie droite se distingue de l’erreur « Sourate 2 verset 255.

« Obligerais-tu (O Mohamed) les gens à avoir la foi ? « Sourate 10 .

« Que celui qui le veut croit ,que celui qui le veut reste incrédule « Sourate 18 verset 29

« Tu ne discutera avec les gens du Livre que de la façon la plus courtoise »

« Vous avez votre religion, j’ai la mienne »Sourate les infidèles.

Les droits de l’homme dans le Coran sont explicite dans plusieurs versets notamment le verset 70 de la Sourate 17:Les êtres humains sont crées dignes et digne des bienfaits du Dieu:
« Nous avons ennobli les fils d’Adam.Nous les avons portés sur la terre ferme et sur la mer ,Nous leurs avons accordé d’excellentes nourritures et Nous leurs avons donné la préférence sur beaucoup de ceux que nous avons créés « Sourate 17 ,verset 70.

Bien à vous .
السلام عليكم ورحمة الله و بركاته
زين العابدين بنصغير
Envoyé de mon iPhone

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

O combien nous manquent des hommes comme Jacques CHIRAC

Posté par abc10 le 30 octobre 2020

Monsieur le président Macron

Vous avez manqué une belle occasion de vous taire, du moins ne pas jeter de l’huile sur le feu et raviver les passions..
La campagne hystérique  d’islamiphobie en France a atteint son paroxysme , même l’école de la République n’est plus ce dernier sanctuaire contre la haine,le racisme et  l’islamophobie.

L’escalade  était prévisible : les détraqués et tous les barges radicalisés vont sortir du bois , et on jettera l’anathème sur l’islam, les associations , le CCIF , les islamo-gauchistes et que sais-je encore.

Vous rivalisez,en dirait une surenchère, un concours Lépine des politiciens : Qui fera mieux que Marine Le Pen ..?

Vous préparez le lit des fascistes et de la Guerre Civile.
O combien nous manquent  des hommes d’Etat comme feu Jacques Chirac .

Zine Bensrhir

Caen , le 30 octobre 2020.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12345...73
 

Nikefrair |
Soldeburberryk |
Mohamedidrissi1918 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Histoires antiques
| Tvs02
| Rockabilly